ÉCOTOURISME UN ATOUT MAJEUR

La Coupe d’Afrique des Nations a été une formidable vitrine pour montrer l’extraordinaire potentiel touristique du Gabon. Mais aussi l’occasion pour le gouvernement gabonais de remettre à neuf toutes les structures hôtelières et touristiques du pays. Le tourisme est classé aujourd’hui parmi les secteurs porteurs de l’après-pétrole.
Avec ses 800 kilomètres de façade maritime, ses 13 parcs nationaux qui regroupent des espèces naturelles uniques au monde et plus de 400 000 ans d’histoire archéologique et culturelle, le Gabon possède des atouts importants pour devenir une destination touristique de premier choix en Afrique. L’objectif du gouvernement, d’ici à 2020, est d’attirer 100 000 touristes par an dans les segments du moyen et du haut de gamme. Deux conventions ont été signées pour le développement d’écolodges haut de gamme avec l’investisseur SFM Africa et le groupe singapourien Aman Ressorts. Les sites les plus visités sont les parcs de la Lopé, l’Ivindo, Louango, Moukalaba Doudou et Akanda.

Si la stratégie de développement de l’écotourisme est maintenue, ce secteur pourrait contribuer à hauteur de 1 000 milliards de F.CFA (2 milliards de dollars) au Produit intérieur brut national d’ici 2025, selon la direction générale de l’Hôtellerie et du contrôle des hôtels.

Les premiers pas sont déjà encourageants : en 2011, le Gabon a attiré 90 000 touristes pour des recettes évaluées à 241 milliards de F.CFA.