EDITORIAL
LA MALAISIE FAIT SA PLACE SOUS LE SOLEIL AFRICAIN

Si la Chine reste le partenaire le plus en vue du continent, il n’en demeure pas moins que d’autres pays émergents de l’Asie jouent des coudes pour s’imposer dans un continent qui est considéré comme l’avenir de l’économie mondiale, de par l’importance de ses matières premières, mais aussi de la jeunesse de sa population. Discrète, mais pourtant incontournable, la Malaisie fait partie de ces nouveaux partenaires du continent africain.  

Sans chercher à se positionner en opposition frontale aux anciennes puissances coloniales ou aux États-Unis d’Amérique, comme peut le faire la Chine, sans envoyer des armées de travailleurs manuels au potentiel d’intégration faible, la Malaisie propose une autre forme de partenariat moins intrusif et ne bouleversant pas les équilibres sociaux ou le tissu productif local.

      POLITIQUE
ASHOK VASWANI L’INDO-GUINÉEN
Alors que l’on reproche aisément à la diaspora chinoise en Afrique d’être dans un entre-soi économique sans off rir d’opportunités aux travailleurs locaux, les investisseurs indiens ont toujours eu une approche diff érente. Appréciés par les pays africains pour leur capacité à créer des emplois dans le secteur privé, ils sont les moteurs d’une économie animée par d’autres valeurs, plus entrepreneuriales et plus en phase avec les standards de l’économie de marché.
OPPOSITION L’ALTERNANCE POUR OBJECTIF   
      ©  PAYS-EMERGENTS.COM
Partager

Quand on parle de l’opposition gabonaise, ou de la plupart des oppositions sur le continent, on l’accuse souvent de manquer d’unité et de détermination. C’est peut-être vrai. Mais il s’agit d’une posture à laquelle les Gabonais ont été habitués depuis l’avènement du multipartisme dans le pays, début 1990.

En 1990, à côté d’un Morena des Bûcherons dominant et hégémonique, un parti qui, à l’époque, devait réunir au moins 60 à 70 % des sympathies du peuple, sont apparues des coalitions de partis politiques non négligeables comme la Coordination de l’opposition démocratique (COD) et le Front uni des associations et partis de l’opposition (Fuapo). Trois grandes formations politiques donc, chacune ayant suffisamment d’unité et de OBJECTIFpoigne en son sein pour être capable, de sa propre initiative, de parvenir à l’alternance par tous les moyens à condition de faire preuve de détermination.

En 2005, Pierre Mamboundou Mamboundou était quasiment seul face à Omar Bongo Ondimba – Zacharie Myboto n’était alors qu’un poids plume politique récemment arrivé dans l’opposition –, pourtant l’homme de Ndendé ne réussit pas à faire entendre la voix du peuple gabonais.


En 2009, suite au décès d’Omar Bongo Ondimba qui a dirigé le pays quarante-quatre années durant, le Gabon s’est retrouvé avec deux grandes coalitions politiques de l’opposition : l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) et la Coalition des partis politiques pour l’alternance (CPPA). Chacune, disposait des forces nécessaires pour affronter le parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais (PDG), or il n’en a rien été. Sa division lors de la présidentielle a permis au PDG d’être proclamé vainqueur par la Cour constitutionnelle. Au sortir de cette élection, l’opposition a mesuré la nécessité de s’unir et a créé l’Union nationale (UN), dissoute à la suite de la prestation de serment de l’opposant André Mba, qui ne reconnut pas la victoire d’Ali Bongo Ondimba à la présidentielle de 2009.

C’est toujours avec l’objectif d’accéder au pouvoir par les urnes que l’opposition a créé en septembre dernier l’Union des forces du changement (UFC) dans la ville de Mouila (Ngounié). « À Mouila, nous avons conjuré le sort. À Mouila, est née l’Union des forces du changement, un organe unique de toute l’opposition. À Mouila est né un esprit nouveau qui voudrait qu’à chaque élection l’opposition présente un seul candidat », a affirmé Louis Gaston Mayila, le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR).

Sera-t-il dorénavant difficile, pour le camp en face, de jouer sur les dissensions de ce qu’il a toujours dénommé « les oppositions » ? L’UFC réalisera-t-il le programme de l’opposition : l’alternance à tout prix ?
   ©   PAYS-EMERGENTS.COM  -  Pays émergents
                   POLITIQUE
LE JEU DE DUPES D’UNE OUVERTURE INESPÉRÉE
BIRMANIE/MYANMAR
OPPOSITION L’ALTERNANCE POUR OBJECTIF
LA TRANSITION DÉMOCRATIQUE RECULE
PARAGUAY
NELSON MANDELA TRIBUN TRIBAL À LA TRIBUNE
ALPHA CONDÉ ET LES ATTENTES DES GUINÉENS
GUINÉE, ENTRE ESPOIR ET IMPATIENCE
                 TECHNOLOGIES
CAP SUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES
Les changements politiques en cours au Moyen-Orient ont quelque peu occulté, aux yeux des médias occidentaux, le choc ressenti par les populations arabes lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima, qui a renforcé la volonté politique d’une mutation progressive des énergies fossiles vers les énergies nouvelles.

Le Moyen-Orient s’affirme comme l’une des régions les plus innovantes et volontaires en la matière, notamment dans le golfe Persique.
 
  © Copyright Pays-Emergents.com, Aout 2011 - Tous droits réservés REFLEXION-CONNEXION  
  Pays Emergents - DWD Publications 233 rue St. Honoré 75001 Paris - France
  Tél : +33(6)06520800 E-mail: s.diawara@pays-emergents.com
  REGIE PUBLICITAIRE - Tarifs Régie Publicitaire
.
, , financements, ,, ,Tchad, ,Inde, , géants, , gouvernement, réformes, , inégalités, , banque, diaspora, , agricole, biocarburants, ,chantier, corruption, , ,SIAC, oléagineux, industrie, , Maroc, téléchargments, , cuivre, Chine, ,, ,, , malnutrition, denrées subventionnées, , manoeuvres, ,, , Inde, développement, marché, ,Tata, , enchères, faux, marché de l\\\\\\\\\\\\\\\\`art, ,Rwanda, femmes, postes, ,dictature, finances publiques, , BRIC, , secteur minier, , violence, égalité des chances, , domination blanche, ,préservation, , tourisme, , ouvertures, , conflit, paysans, , , communauté juive éthiopienne, solidarité africaine, , chantiers, , COD, alternance, , exportations, expansioniste, , investissement, économie, ,Gabon, secteurs d\\\\`activités, commerce, , touristique, destination, , industrielles, ,asiatique, pékin, ,Wa wasan, ,multiethnique, ,Mali, ,