EDITORIAL
LA MALAISIE FAIT SA PLACE SOUS LE SOLEIL AFRICAIN

Si la Chine reste le partenaire le plus en vue du continent, il n’en demeure pas moins que d’autres pays émergents de l’Asie jouent des coudes pour s’imposer dans un continent qui est considéré comme l’avenir de l’économie mondiale, de par l’importance de ses matières premières, mais aussi de la jeunesse de sa population. Discrète, mais pourtant incontournable, la Malaisie fait partie de ces nouveaux partenaires du continent africain.  

Sans chercher à se positionner en opposition frontale aux anciennes puissances coloniales ou aux États-Unis d’Amérique, comme peut le faire la Chine, sans envoyer des armées de travailleurs manuels au potentiel d’intégration faible, la Malaisie propose une autre forme de partenariat moins intrusif et ne bouleversant pas les équilibres sociaux ou le tissu productif local.

      POLITIQUE
ASHOK VASWANI L’INDO-GUINÉEN
Alors que l’on reproche aisément à la diaspora chinoise en Afrique d’être dans un entre-soi économique sans off rir d’opportunités aux travailleurs locaux, les investisseurs indiens ont toujours eu une approche diff érente. Appréciés par les pays africains pour leur capacité à créer des emplois dans le secteur privé, ils sont les moteurs d’une économie animée par d’autres valeurs, plus entrepreneuriales et plus en phase avec les standards de l’économie de marché.
UNE ÉCONOMIE PROPICE À L’ÉMERGENCE   
      ©  PAYS-EMERGENTS.COM
Partager

Après la grave crise économique qui a secoué le monde entier durant la période 2008-2009, le Gabon s’est progressivement rétabli grâce à la reprise de la demande internationale pour les matières premières et à une politique budgétaire expansionniste mise en oeuvre par le gouvernement à travers l’exécution de grands projets d’infrastructures.

Le commerce extérieur représente aujourd’hui 85 % du PIB du pays. La balance commerciale, structurellement excédentaire, repose sur des exportations essentiellement composées de pétrole (80 %), de manganèse (+113,1 %, en nette progression en 2010), de bois débité (+55 %) et de produits agroalimentaires et de la pêche (+60 %).

Au cours des cinq dernières années, le secteur pétrolier a contribué au PIB à hauteur de 45 %, et représente 60 % des recettes du gouvernement. Grâce à la diversification de ses partenaires économiques, le Gabon a attiré en 2010 plus de 2000 milliards de F.CFA (4 milliards de dollars) d’investissements directs étrangers (IDE).

Avec un budget global d’investissement de 1 500 milliards de F.CFA pour les deux années 2011 et 2012, la croissance réelle du PIB a été en moyenne de 6 % durant la même période. Le taux de croissance du PIB hors pétrole s’est accéléré, passant de 2,3 % en 2004 à plus de 7 % en 2010, ce qui reflète, selon la Banque mondiale, l’accroissement des investissements dans les secteurs forestier et minier, la production de caoutchouc ainsi que l’expansion des secteurs de l’agroalimentaire et des télécommunications. Il a continué à croître plus rapidement que le PIB total en 2008-2010.

Selon les estimations du gouvernement, le PIB de l’économie gabonaise devrait atteindre 7 % en termes réels à la fin décembre 2012, contre 5,6 % initialement prévu. Cette performance s’explique pour l’essentiel par les effets conjugués de la production de pétrole brut qui atteindrait 12,3 millions de tonnes à fin décembre 2012 (+1,8 % par rapport à 2011) et la baisse de la production de manganèse qui connaîtrait une diminution de 11,1 % par rapport à l’objectif initial.

« L’économie gabonaise devrait continuer à bénéficier des prix relativement élevés des matières premières et de la politique budgétaire expansionniste du gouvernement. Le PIB hors pétrole devrait croître en moyenne de 4,5 % en 2012-2015, reflétant une augmentation de la production de manganèse, une reprise des activités de transformation du bois, un bond des travaux publics et une forte expansion des services du commerce extérieur », indique la Banque mondiale dans son rapport sur la Stratégie de partenariat pays pour la République gabonaise.

Mais en l’absence de découverte majeure de nouveaux gisements, la production devrait légèrement baisser (-1,4 % en moyenne). Les perspectives à long terme sont en baisse. Selon les estimations, les réserves qui sont estimées à environ 3,5 milliards de F.CFA, pourraient s’épuiser dans quarante à cinquante ans. Toutefois, l’économie gabonaise devrait continuer à bénéficier des prix relativement élevés du pétrole pendant la période 2012-2016.
   ©   PAYS-EMERGENTS.COM  -  Pays émergents
                   ECONOMIE
LE TIGRE MALAIS ROI DES INVESTISSEMENTS ASIATIQUES EN AFRIQUE
ECONOMIE
VISION 2020 DE GRANDES AMBITIONS
Développement
MALAISIE L’OUTSIDER SORT SES GRIFFES
ÉCONOMIE - LE PARI DE LA FINANCE ISLAMIQUE
LES OPPORTUNITÉS D’AFFAIRES
                 TECHNOLOGIES
CAP SUR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES
Les changements politiques en cours au Moyen-Orient ont quelque peu occulté, aux yeux des médias occidentaux, le choc ressenti par les populations arabes lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima, qui a renforcé la volonté politique d’une mutation progressive des énergies fossiles vers les énergies nouvelles.

Le Moyen-Orient s’affirme comme l’une des régions les plus innovantes et volontaires en la matière, notamment dans le golfe Persique.
 
  © Copyright Pays-Emergents.com, Aout 2011 - Tous droits réservés REFLEXION-CONNEXION  
  Pays Emergents - DWD Publications 233 rue St. Honoré 75001 Paris - France
  Tél : +33(6)06520800 E-mail: s.diawara@pays-emergents.com
  REGIE PUBLICITAIRE - Tarifs Régie Publicitaire
.
, ,Tchad, enseignement, , ascension économique, économie, ,Mali, , détermination, gouvernement, ,Brésil, réformes, ,femmes, , marché, soutien, Pedro Passos Coelho, banque, , ressortissants, , stades, suporters, , Chine, , oléagineux, marché national, coopération, coopérative, , inflation, compétitivité, ,théorie du complot, renseignement, , culture, Maroc, téléchargments, , or, pétrole, ,minorités, bilinguisme, , , tourisme, , ,puissance économique, géants asiatiques, , ,Inde, malnutrition, mousson, ,, ,, , groupe industriel, affairiste, financier, ,diplomatie du cricket, , Bollywood, , , enchères, salles des ventes, , éolien, renouvelables, , parlement, responsabilités, , opposition, , BRIC, , communication, , corruption, , immigration, , , violences, torture, ,Nelson Mandela, , , touristique, conflits, braconnage, ,, , coup d\\\\\\\\\\\\\\\\`état, paysans, ,Uruguay, ,manifestations, communauté juive éthiopienne, solidarité africaine, , environnement, , , initiative, , production, , équilibre, , Cemac, ,Malaisie, ,confucianisme, ,ANICET DOLOGUÉLÉ, ,CEEAC, ,République centrafricaine, ,